Quels débit minimums biologiques pour les hydrosystèmes alpins…TEREO se penche sur la question !

TEREO, bureau d’études indépendant, intervient aux côtés de porteurs de projets en lien avec l’aménagement du territoire, et notamment en contexte montagnard. L’engagement de TEREO est d’apporter une réponse écologiquement adaptée, basée sur de fortes compétences scientifiques en écologie.

Les réseaux hydrographiques de montagne sont particulièrement complexes en raison d’une forte hétérogénéité de leur type d’alimentation (eaux souterraines, pluie, fonte de neige ou de glacier) qui leur confère des régimes hydrologiques et des conditions environnementales spécifiques (Hannah et al., 2007; Cauvy-Fraunié et al., 2015). Ces hydrosystèmes alpins abritent une biodiversité locale et singulière  (Jacobsen et al., 2012; Cauvy-Fraunié et al., 2016).

Cascade du Pissieu - IMG_3841 R

Ces écosystèmes aquatiques sont fortement menacés par les altérations hydrologiques dues d’une part à la diminution de la couverture neigeuse et l’accélération de la fonte des glaciers liées au changement climatique et d’autre part aux pressions humaines sur la ressource en eau (hydroélectricité, industrie, irrigation, neige de culture ; Campion, 2002). De plus, dans le contexte politique actuel de réduction des gaz à effet de serre, nous assistons à une multiplication des projets de production d’énergie renouvelable, en particulier de microcentrales hydroélectriques.

Romanche Plan de l'Alpe-20090813-02

La réglementation traduite dans le code de l’environnement, ainsi que les documents de gestion et d’orientation impose la détermination du débit minimum biologique pour tout prélèvement en rivière afin d’évaluer les impacts de ce dernier sur la fonctionnalité des cours d’eau.

A ce jour, les méthodes disponibles, qu’elles soient basées sur les microhabitats, l’hydraulique ou sur la biologique ne sont pas conclusives sur les torrents de montagnes alpins dont la pente est toujours supérieure à 5 % (limite des méthodes microhabitats) et dont l’hydraulique fonctionne en régime torrentiel (limite pour une modélisation).

Pour répondre aux enjeux d’un tel projet, TEREO, en collaboration avec le laboratoire DYNAM d’IRSTEA Lyon, lance une thèse CIFRE dont le sujet est : « Impact de l’altération hydrologique sur les écosystèmes aquatiques de montagne dans les Alpes Françaises ».Dans la logique de cet engagement, TEREO s’investit dans la recherche et la mise au point d’une approche scientifique, rigoureuse, et qui soit reproductible pour définir un débit minimum biologique sur ce type de cours d’eau.

IRSTEA

Nos objectifs, outre l’amélioration des connaissances des milieux que nous étudions, est de pouvoir apporter une réelle plus-value aux projets que nous accompagnons.


Retour aux actualités